Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 09:01

(Article publié dans le bulletin des Amis de l'alto n°29 en Avril 2004)

 

 

Notes en provenance des coulisses....

 

 

Il se trouve que l’un des adhérents à notre Association connaît particulièrement bien la Sonate dont il est question dans l'article  de Charlotte Peis. Il s'agit de Garth Knox, ancien membre de l'Ensemble intercontemporain, et qui à ce titre a souvent eu l'occasion de rencontrer Ligeti pendant la période de la composition de la Sonate pour alto seul. Le compositeur n'a pas hésité à lui parler des problèmes techniques de l’œuvre, à lui demander par exemple si tel ou tel trait était jouable, tout en lui donnant des conseils pour son interprétation.

 

 

Notons d'ailleurs que par un concours de circonstances, c'est Garth Knox qui a donné la première audition de Loop (la boucle), en 1991 à Vienne, balayant ainsi le terrain à notre amie Tabéa. Il s'agissait de la pièce 'unique' devenue par la suite le deuxième mouvement de la Sonate. Il nous a donc semblé utile, en complément du travail d'analyse qu'on vient de lire [article de Charlotte Peis], de lui demander de nous expliquer son point de vue d’interprète.

 

Garth Knox insiste sur un premier point. Le compositeur lui a expliqué qu'il faut entendre tous les six mouvements comme des danses, au sens baroque, y compris le dernier mouvement, la Chaconne chromatique. D'autre part, il semble clair que les trois premiers mouvements sont construits en forme de boucles. Il s'agit d’un développement mélodique des boucles pour le premier mouvement, Hora Lungà; d’un développement rythmique, pour le second, Loop; et harmonique pour le troisième, Fascar.

 

Pour ce qui concerne Hora Lungà, il faut jouer sur une corde, la corde d'ut, mais en faisant entendre les notes que l'on obtiendrait en jouant les harmoniques naturelles à partir d'un Fa grave. La septième harmonique sonne naturellement bas et la onzième haut par rapport à la gamme tempérée. La onzième est particulièrement intéressante, étant plus haute d’un quart de ton. La justesse de la note « si » (si bémol étant la onzième harmonique de Fa) est donc d’une grande importance dans la première phrase

 

Le second mouvement, Loop est dédié à Alfred Schlee, président de Universal Edition, célébré entre autres pour sa légendaire discrétion. Mais ce mouvement est aussi inspiré de la musique de Stéphane Grappelli. Celui-ci avait une technique très particulière qui lui permettait de faire entendre un spiccato impeccable sans que l'archet ne quitte jamais la corde. Il faut donc entendre le côté jazz dans la musique; c'est de là que vient le rythme "brève-long".

 

Il est vrai que dans un sens, ce mouvement peut être analysé en terme de "thème et variations", si on tient à utiliser le vocabulaire classique; mais cela donne l'impression d'une série de répétitions, ce qui ne correspond pas vraiment à ce qui se passe en réalité. L'interprète doit plutôt faire entendre le côté cumulatif en gardant en tête l'idée d'une sorte de "spirale". Plutôt que d'analyser en 19 variations, il semble plus simple de s'en tenir à la notion de "boucle" (d'où le titre du mouvement). Il y en a dix, la dixième étant avortée presque tout de suite (trop difficile pour continuer !) ; le mouvement se termine dans un silence (mesuré !).

 

Dans le troisième mouvement, Fascar, Ligeti fait appel à "toutes les harmonies possibles", complétées par la suite de "toutes les harmonies virtuelles". L'interprète n'est pas en mesure de préciser la pensée du compositeur quant à ce dernier terme, ne pouvant que constater que les deux dernières boucles vont vraiment au-delà du raisonnable ("far-fetched"). C'est pourquoi il semble illusoire de chercher à analyser ce mouvement en se servant de la notion de tonalité.

NB: Garth a appris en lisant l'article d'analyse que le mot hongrois fascar peut s'appliquer à "ce qu'on ressent dans le nez au moment de pleurer", et se demande avec inquiétude s'il devra dorénavant sortir son mouchoir avant de jouer.

 

Concernant le quatrième mouvement Prestissimo con sordino, Il est vrai qu'il s'agit d'un mouvement "rapide et vif", mais selon les souvenirs de Garth Knox, cela ne suffit pas. Le compositeur ne se contentait pas de l'indication 'rapide', mais lui demandait de jouer de manière "aussi rapide que possible" (nuance !), et même "au-delà de la limite" -mais seulement "juste" au-delà. Il fallait "jouer comme un fou, même avec la sourdine" (play like crazy with mute). Quant à l'interprétation du dernier accord, cela doit sonner comme le klaxon d'une voiture.

 

Le cinquième mouvement est effectivement divisé en deux parties. Garth voit la première partie, avec les f féroces comme une sorte de dialogue. Dans la deuxième partie, jouée en pp da lontano, principalement en harmoniques, il explique les notes ffff des mesures 51-53, comme étant une sorte de reprise du dialogue entamé dans la première partie, l'interlocuteur n'ayant plus qu'une seule intervention.

 

Le dernier mouvement, la Chaconne Chromatique doit aussi être senti comme une danse. Ligeti affirmait vouloir ainsi "rendre le sens originel au terme". Malgré la difficulté technique de l'œuvre, les altistes ne doivent surtout pas s'imaginer que ce sens d'origine peut se traduire par "Chac'onne pour soi".

 

Une remarque plus générale. Garth Knox fait remarquer l'importance des cordes à vide dans tous les six mouvements de cette sonate. La grande majorité des nombreuses doubles-cordes y font appel. Cela crée une couleur harmonique particulière, et surtout cela signifie qu'il est hors de question de transcrire cette Sonate pour un autre instrument, quel qu'il soit.Il y a quelques années, Rohan de Saram, violoncelliste du Quatuor Arditi (quatuor dont Garth était l'altiste à l'époque) envisageait de transcrire la Sonate pour violoncelle. La réponse du compositeur fut :  "S'il te plaît, ne fais pas ça" (please don't do it).

 

(voir aussi l'article: La Sonate pour alto solo de Ligeti par Charlotte Peis)

Partager cet article

Repost 0
Published by ami de l'alto - dans Articles
commenter cet article

commentaires

Les Amis de l'Alto

 

Bienvenue, chers collègues de la clé d’ut 3, sur ce blog destiné à tous les altistes (étudiants, amateurs, profes-
sionnels…) et amis de l’alto.

Vous y trouverez des informations sur l’actualité altistique, les activités de notre association (concours, articles parus dans les bulletins précédents etc…) ainsi que des pages consacrées au répertoire et au matériel pédagogique existant ou à venir. Il est bien entendu ouvert à toutes vos suggestions et aux informations que vous souhaitez y diffuser.


Bon voyage, donc, chers «altonautes», dans ce nouvel espace que nous voulons créer et développer avec vous et que nous désirons le plus proche de vos souhaits.


Altistiquement vôtre,

Michel Michalakakos.

 



Le concours National des Jeunes Altistes 2014 se déroulera au CRD d'Aix-en-Provence

Recherche

Partenaires