Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 10:29

 

(Article publié dans le Bulletin des Amis de l'Alto n°28 en Avril 2003) Traduction: Ross Charnock 


Le 8 Janvier 1998, j'ai rencontré Madeleine Milhaud dans son appartement à Paris pour évoquer l'histoire des oeuvres pour alto de son époux, Darius Milhaud. Nous avons commencé en parlant des trois oeuvres pour alto et piano dédiées à Germain Prévost en 1944. Prévost  était l'altiste fondateur du Quatuor Pro-Arte, créé en 1919, en résidence à l'UW-Madison pendant plus de 50 ans. Toutes ces œuvres ont été données pour la première fois à l'UW-Madison en 1944, ce qui m’a particulièrement intéressé car c'est dans cette ville que j'ai passé ma jeunesse et commencé l'étude de l'alto. Voici quelques extraits des conversations avec Mme Milhaud:

 

Comment Darius et Germain Prévost se sont ils rencontrés ?

En 1919 ou 1920, Darius était invité pour quelques concerts à Bruxelles par Paul Collaer, très bon musicien et musicologue, qui était accessoirement professeur de chimie. Plus tard, ce dernier a été nommé directeur de la radio belge. Au cours de ces années, Darius s'est lié d'amitié avec lui. Par la suite, Darius est allé très souvent à Bruxelles. Il y a rencontré d'autres musiciens et parmi eux, les membres de ce qui allait devenir le Quatuor Pro Arte. Bien sûr, à cette époque, ils n'avaient pas d'argent et vivaient comme ils pouvaient, en jouant dans des cafés, des salles de cinéma, ou ce genre de chose. Mais bientôt, ils se sont fait connaître en tant que quatuor. Ils étaient des musiciens remarquables, aussi bien dans le répertoire classique ou contemporain. Darius les aimait bien et il a organisé leur premier concert à Paris. Je crois qu'ils lui en étaient reconnaissants. Plus tard, ils sont partis outre atlantique, grâce à Mme Coolidge qui a financé leur première année aux Etats-Unis. Ils sont devenu plus ou moins le quatuor préféré de Mme Coolidge tant qu'ils furent tous les quatre en vie.

Lorsque Alphonse Onnou, le premier violon, est mort, Germain Prévost, l'altiste, qui était d'une grande sentimentalité, a commandé des oeuvres à sa mémoire. Germain jouait alors pour le cinéma et en tant qu'homme appréciait bien les femmes.  C'est une des raisons pour lesquelles Milhaud a intitulée l'oeuvre les "quatre Visages" ou les  "Quatre caractères", l'un de Bruxelles, l'un de Paris, l'un de Wisconsin… et enfin le quatrième de Californie !

 

Ce n’était donc pas des femmes que Darius connaissait ?

Oh, elles sont purement imaginaires, pas comme Mr. Clinton - les musiciens sont plus discrets.

 

Et concernant la Sonatine pour violon et alto écrite pour Laurent et Germain Prévost ?

Toutes ces pièces étaient écrites pour plaire à Germain - Milhaud était fidèle en amitié.

 

Est-ce que Darius était autant ami avec Alphonse Onnou qu'avec Germain ?

Non, je crois que nous connaissions mieux Germain parce qu'il avait vécu longtemps en Californie après avoir quitté le quatuor. Sinon, les autres étaient tout simplement des amis. Vous savez, les quatuors ne restent jamais deux nuits de suite au même endroit. Je me rappelle que losque nous sommes allés aux Etats-Unis en 1928, nous les avons rencontrés quelque part à New York. Comme ils n'avaient rien à se mettre, ils n'ont pas pu donner leurs vêtements pour le nettoyage et ont tout ramené sale en Belgique après leur tournée. Il s'est trouvé qu'il leur manquait quelques boutons, alors ils se sont adressés à moi, puisque j'étais une femme, pour leurs chemises et leurs vestes. C'était effrayant !

 

Dans les trois oeuvres pour alto et piano (Sonate No. 1, Sonate No. 2, Quatre Visages), Germain Prévost a-t-il demandé quelque chose de particulier à Darius concernant le style des pièces, ou était-il entièrement à son idée ?

Il était entièrement l'idée de Darius. Il avait travaillé le violon et l'alto depuis son enfance. Je crois qu'il en savait plus que n'importe qui. Il demandait des conseils si nécessaire, comme dans le concerto pour harmonica. Mais seulement s'il n'était pas sûr de lui car il voulait savoir jusqu'où il pouvait aller. Mais je crois que pour le violon, l’alto, le violoncelle, il n’y avait pas de problèmes. Son professeur, quand il avait 11 ou 12 ans, l'a pris dans son quatuor comme second violon. Il a donc étudié et déchiffré tous les quatuors classiques et a découvert le quatuor de Debussy. Pour lui, ce fut une révélation. Cela eut une grande influence sur Milhaud, et que c'était une des raisons pour lesquelles il a écrit tant de musique de chambre.

 

Avez-vous assisté aux premières auditions des oeuvres pour alto quand elles ont été données à Madison  ?

Eh bien, vous savez, j'ai vécu avec Milhaud pendant 50 ans, alors je ne sais plus ce que j'ai vu  et ce que j'ai fait. Je ne peux pas vous le dire, mais je ne crois pas. La seule chose dont je puisse vous parler, car cela m'a étonné, c'est la façon dont il a écrit les 14ème et 15ème quatuors. Il avait un petit cahier de musique avec huit portées,  et il n'y a pas une seule rature, la musique se terminant à la dernière page. Alors pour cela, j'étais un peu étonnée car c'est une oeuvre assez difficile, puisque qu'on peut  jouer les deux quatuors ensemble comme octuor. Donc, je m'en souviens. Je pourrais aussi mentionner que cela explique l'importance  que Milhaud donnait au quatuor.

Jean Cocteau était un ami de Milhaud de la même génération, une génération qui n'appréciait pas tellement la musique de chambre. Il a publié un article de Darius, dans lequel il écrit « Je composerai 18 quatuors ». Evidemment, les gens ont pensé que c'était pour avoir un quatuor de plus que Beethoven, mais ce n'était pas vrai, c'était juste pour montrer l'importance qu'il donnait au quatuor. D'un autre côté, je dois dire que les dédicaces des quatuors ont toutes leurs raison d'être et montrent son admiration pour une personne, ou mettent en valeur une amitié ou une date. Le premier illustre la mémoire de Paul Cézanne, et le dernier est à la mémoire de ses parents. Vous remarquerez que le 13ème quatuor m'est dédicacé, car le numéro 13 nous a toujours porté chance. Puis il y en a un pour notre 25ème anniversaire de mariage, et il y en a un autre à la mémoire de Fauré.

 

Concernant la première sonate, savez-vous où Darius a trouvé ces « airs anonymes »?

 Je ne sais pas qui a composé ses airs. Je crois qu'il les a trouvés dans la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence. Mais je sais qu'ils sont « plutôt anonyme », je l'admets, -- Toutefois je préfère la 2ème sonate.

 

Moi je les aime toutes les deux. Je crois que les altistes ont tendance à préférer la première. Je trouve la seconde plus originale.

 Oui, cela ressemble plus à Milhaud.

 

Concernant la 1ère sonate, les airs utilisés sont bien dans le style de Milhaud, mais je ne sais pas si cela vient de la thématique  ou de l'accompagnement. Pensez-vous qu'il a souvent utilisé ce type d'emprunts dans ses autres oeuvres ?

Milhaud n'était pas contre l'idée d'utiliser un air folklorique ou un air ancien, à condition de garder sa liberté et sa personnalité, comme l’a fait Stravinsky, ainsi que bien d'autres compositeurs du passé. Alors il considérait qu'il était libre de faire ce qu'il voulait avec ces thèmes, et il en a quelquefois fait une sorte de "salade", avec 18 ou 20 motifs. Dans la Bruxelloise des Quatre Visages, il y a quelques notes de l'Hymne national de Belgique. C'est une sorte de clin d'oeil, mais personne ne le sait.

 

Savez-vous si Germain jouait la 1ère sonate plus que la 2ème ?

Je ne sais pas.

 

Pour la Sonatine pour violon et alto, la partition est dédiée à Laurent et Germain Prévost. S'agissait-il  d'un cadeau ?

Bien sûr. C'était toujours la même chose, toutes ces pièces étaient écrites en mémoire d'Onnou.

 

Est-ce que vous pouvez nous éclairer sur la Sonatine pour alto et violoncelle (dédiée à Murray Adaskin et Jim Bolle) ? vous souvenez-vous de la première audition ?

Oui, c'était dans cette université avec un nom bizarre … Saskatoon. Adaskin enseignait au Canada, il jouait assez bien du violon, et il avait étudié à Santa Barbara avec Darius. Nous l'avons rencontré là-bas. Je ne crois pas que Darius lui aurait demandé de l'argent. Jim Bolle était également compositeur et élève de Milhaud.

 

Pourriez-vous nous dire quelques mots sur les deux concertos pour alto de Milhaud ?

Eh bien, le premier concerto a été écrit pour Hindemith. Il l'a joué avec Monteux à Amsterdam. Ensuite, il a demandé à Darius de le réorchestrer pour un ensemble plus réduit, mais il n'a jamais joué la nouvelle version. Evidemment, c'était un cadeau de Milhaud à Hindemith.

 

Je sais que la Konzertmusik de Hindemith pour alto et grand orchestre de chambre vous  était dédié à vous et à Darius.

Oui, nous le connaissions assez bien. C'était un personnage étrange. Vous savez, Hindemith ne réussissait pas trop comme altiste, il jouait toujours plutôt comme un compositeur. En fait, après la répétition à Amsterdam, Monteux a dit à Hindemith, "Et maintenant allez travaillez". Vraiment !

 

Le Concerto pour alto No. 2 était écrit pour William Primrose. L'a t-il souvent joué ?

Je ne crois pas. Ce concerto est  plus difficile que le premier, car Primrose était très fort. En fait, Darius pouvait être influencé si la personne était un virtuose. Il pouvait lui demander de faire des choses très difficiles. Les virtuoses sont censés tout jouer.

 

Alors Primrose a commandé l'oeuvre de Darius?

En effet. Nous l'avons rencontré lorsqu’il enseignait à Aspen. Nous sommes allés à Aspen, pendant 20 ans, je crois entre 1950 jusqu'à 1970 environ.

 

Comment décririez-vous les relations entre Darius et Primrose, des amis ou des collègues ?

Ils étaient amis, mais sans plus.

 

Est-ce Darius a composé les oeuvres pour alto avec l'alto à la main ?

Certainement pas. Milhaud composait très vite, mais le plus souvent après avoir médité et réfléchi au sujet de l'oeuvre pendant des semaines, quelquefois des années, mais quand c'était mûr, il avait le don de pouvoir l'écrire comme il fallait du premier jet. Et comme il avait une technique extraordinaire, il n'évitait jamais les difficultés. Il composait comme par une sorte de défi. Exemple : les 14ème et 15ème quatuors ; qui songerait à faire une chose pareille ? Et combien de fois a-t-il composé une fugue parce qu'il voulait faire une fugue complexe ? C'était sa vie et cela lui plaisait.

 

Est-ce qu'il les a jamais joué à l'alto ?

Non. En fait, il ne jouait pas très bien. Il a arrêté de jouer après la guerre, quand il est allé au Brésil pendant un an. Il donnait des concerts pour l'effort de guerre, pour la Croix Rouge, ce genre de chose. Mais je me souviens d'un concert, vers 1920, avec la Sonate pour deux violons de Honegger, joué par Honegger et Milhaud. Ils ont joué si mal qu'ils ont décidé d'arrêter pour toujours.

 

Kenneth Martinson est professeur d'alto à l'Université de Western Illinois. Il a enregistré les sonates pour alto et piano de Darius Milhaud

 

Oeuvres pour alto de Darius Milhaud

 

Op 108 : Concerto pour  Alto et Orchestre, 1929

I.  Animé , II. Lent , III. Souple et Animé , IV. Vif ; Universal Edition.

Création: Concertgebouw d’Amsterdam,15/12/1929, P. Hindemith: viola, Pierre Monteux, direction.

 

Op. 226, Sonatine, Violon et alto,  6 - 8 Mai , 1941.

I. Décidé , II. Lent , III. Vif (fugue) ; Mercury-Presser (Music Press),

Création: Laurent Halleux et Germain Prévost

 

OP. 238, Quatre Visages, Alto et Piano, Nov. 16- Dec. 1, 1943.

I. La Californienne , II. The Wisconsonian , III. La Bruzelloise , IV. La Parisienne.

Heugel (Leduc),

Création: Université de Wisconsin-Madison, Jan. 1944 Germain Prévost: alto, Grant Johannesen: piano.

 

Op. 240, 1re Sonate, Alto et Piano, Mars 1944

I. Entrée , II. Française , III. Air , IV. Final ; Heugel (Leduc),

Création: University of Wisconsin-Madison, Avril 1944, Germain Prévost: alto , Grant Johannesen,  piano.

 

Op. 242, "Air" de la 1ére Sonate, Alto et Orchestre,  Avril 1944

Inédit (Manuscrit à la bibliothèque du Congress),

Création: University de Wisconsin-Madison Symphony, 7 Mai 1944, Germain Prévost: alto

 

Op, 244, 2e Sonate, Alto et Piano,  27 Juin -  2 Juillet 1944

Heugel (Leduc),

Création: Edgewood College Madison, WI, Août 1944, Germain Prévost (en mémoire d'Alphonse Onnou.

 

Op. 311, Concertino d'été, Alto et Orchestre, 24 Juin 24 - 7 Juillet 1951

Heugel ( Leduc),

Création  19 nov 1951, Charleston Chamber Music Players, Robert Courte: alto , Charleston Chamber Music Festival

 

Op. 340, Concerto No. 2, Alto et Orchestre, 2 dec 1954 - 30 janv 1955.

Heugel (Leduc),

Création: nov, 1958, Westdeuscher Rundfunk, Cologne, William Primrose: alto , H. Rosebaud: direction.

 

OP. 378, Sonatine Alto et Violoncelle, 15 - 24 avril 1959 ; Heugel (Leduc)

Création: University of Saskatchewan-Saskatoon Summer Music Festival,  9 Juin 1959, 

 

Op. 416, Élégie pour Pierre, Alto et Perc., Paris, 1965.

Non publié (Manuscrit à la Bibliothèque du Congress).

Partager cet article

Repost 0
Published by ami de l'alto - dans Articles
commenter cet article

commentaires

Les Amis de l'Alto

 

Bienvenue, chers collègues de la clé d’ut 3, sur ce blog destiné à tous les altistes (étudiants, amateurs, profes-
sionnels…) et amis de l’alto.

Vous y trouverez des informations sur l’actualité altistique, les activités de notre association (concours, articles parus dans les bulletins précédents etc…) ainsi que des pages consacrées au répertoire et au matériel pédagogique existant ou à venir. Il est bien entendu ouvert à toutes vos suggestions et aux informations que vous souhaitez y diffuser.


Bon voyage, donc, chers «altonautes», dans ce nouvel espace que nous voulons créer et développer avec vous et que nous désirons le plus proche de vos souhaits.


Altistiquement vôtre,

Michel Michalakakos.

 



Le concours National des Jeunes Altistes 2014 se déroulera au CRD d'Aix-en-Provence

Recherche

Partenaires